Concert à l’Abracadabar

Dimanche dernier nous étions à l’Abracadabar et nous voulions partager avec vous notre enthousiasme.

Nous avons découvert un endroit très sympa où les gens sont souriants, l’équipe très sérieuse et la sonorisation au top. Le public était au rendez-vous c’est pourquoi nous avons eu grand plaisir à jouer dans ce bar.

D’autant plus que l’accordéoniste Victor Korsakov nous accompagnait dans cette aventure.

C’est promis, on le refera!!!

concert-tricord-abracadabar-paris07 concert-tricord-abracadabar-paris06 concert-tricord-abracadabar-paris05 concert-tricord-abracadabar-paris03 concert-tricord-abracadabar-paris04 concert-tricord-abracadabar-paris02 concert-tricord-abracadabar-paris01 concert-tricord-abracadabar-paris


Abracadabar

abracadabar-concert

123 Avenue Jean Jaures, 75019 Paris

contact@abracadabar.fr

Publicités

Le Trio Tricord invite l’accordéoniste Victor Korsakov

à l’Abracadabar
le 13 septembre 2015
de 18h30 à 21h

Entrée libre

Le Trio Tricord aura le plaisir de jouer avec Victor Korsakov à l’Abracadabar.  Deux balalaïkas, un violon et un accordéon joueront pour vous des mélodies venues de l’Est mais pas seulement. Là est la surprise car vous pourrez entendre d’autres répertoires joués à la balalaïka.

affiche-concert-abracadabar-13-septembre-WEB2

Abracadabar
123, avenue Jean Jaurès
75019 Paris

 

Voyage sur Dix cordes

Le trio Tricord’ nous a fait voyager hier de la Russie au Brésil dans ce petit théâtre atypique du 13ème, le Centre Mandapa.

De la complicité de ces trois musiciens sur scène et à la vie naît une ambiance chaleureuse et pleine d’humour. Durant tout le concert nous voyageons bercer ou entraîner par les musiques traditionnelles russes, bulgares, serbes, yiddish mais aussi brésiliennes; un beau voyage musical qui se termine au bord de la Garonne.

Alexandre, Serge et Marianne ont parcouru le monde, instrument sous le bras; aujourd’hui ils partagent avec nous leurs souvenirs, leurs rencontres. C’est cette générosité qui procure tant de plaisir à les écouter jouer et à nous raconter des histoires qui nous embarquent au delà des frontières.

Retrouvez-nous bientôt au Centre Mandapa

Le 14 avril arrive à grands pas et nous sommes très excités de vous retrouver au Centre Mandapa. Les dernières répétitions ont lieu dans les prochains jours. Nous avons vraiment hâte de partager avec vous ces musiques que nous portons dans nos coeurs. Le charme des balalaïkas (prima et basse) et du violon vous transporterons au delà des frontières, nous en sommes persuadés, au son des musiques traditionnelles russes, hongroises, serbes, bulgares ou encore yiddish.

14 avril et 26 mai 2015
Centre Mandapa
6, rue Wurtz 75013 Paris
http://www.centre-mandapa.fr
Informations : 01 45 89 01 60 / Réservations : 01 45 89 99 00 ou centremandapa@yahoo.fr

tricord 2

 

Qui sommes-nous ?

Tricord’ parcourt l’histoire, la tradition et l’évolution de la balalaïka très riche malgré ses trois cordes, et qui est passée du milieu paysan aux oreilles aristocratiques, pour gagner sa place dans la musique actuelle, tant populaire que savante.

Le trio Tricord

Les trois musiciens collaborent depuis de nombreuses années au sein de diverses formations, notamment l’ensemble Tsuica qui se produit sur scène mais aussi dans des mariages et galas. Ils ont formé fin 2012 le trio Tricord. Ils arrangent pour leur formation légère des airs traditionnels et des compositions russes, mais aussi des mélodies des Balkans et même quelques emprunts à d’autres genres musicaux.

Les musiciens 

Serge Vlassenko et Alexandre Vallaeys, tous deux d’origine russe, ont été bercés par les sonorités de la balalaïka dont ils jouent depuis leur enfance. La passion pour cet instrument a poussé Serge Vlassenko à se rendre à Moscou en pleine ère soviétique pour l’étudier dans l’école « Révolution d’Octobre », fleuron de l’académie Gnessine.

Alexandre Vallaeys est musicien pluri-instrumentiste (guitare, contrebasse…). Il a étudié la balalaïka contrebasse au conservatoire russe Rachmaninov. Ses compétences en lutherie en font un des rares à pouvoir remettre en état et entretenir cette famille d’instruments.

Marianne Entat a étudié le violon classique puis s’est tournée vers les musiques traditionnelles. C’est d’abord en Roumanie, grâce à un apprentissage par transmission directe, à l’oreille, qu’elle s’est familiarisée avec un répertoire très riche. Elle y a découvert un usage du violon tourné vers les fêtes, l’expression des émotions quotidiennes et l’accompagnement de danse, et appris des techniques particulières qui ont suscité l’intérêt de musicologues et compositeurs comme Bela Bartok. Ensuite, elle a élargi son répertoire vers le Nord et l’Ouest (Russie et Hongrie) et vers le Sud (Grèce et Balkans).